Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous !

L'inertie de l'Europe devant les crimes contre l'humanité est inacceptable.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Domptée par Moscou, la Tchétchénie se reconstruit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Domptée par Moscou, la Tchétchénie se reconstruit   Sam 13 Déc 2008, 11:15

Alexandre Billette, de retour de Grozny
Lundi 8 décembre 2008

La mosquée est neuve, le centre du village de Vedeno aussi. Sur la rue principale, refaite en petits pavés, un nouveau centre commercial moderne, de taille modeste, est à peine sorti de terre. Nous sommes pourtant dans l'une des régions les plus touchées par le double conflit tchétchène, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Grozny.

En ce début décembre, la région se mobilise pour recevoir en grandes pompe le président de la république, Ramzan Kadyrov, ancien chef de milice devenu président à l'âge de trente ans, quelques années après la mort de son père, le mufti Ahmed Kadyrov, nommé président par le Kremlin en 2003 et assassiné en 2004.

Venu inaugurer la reconstruction de ce village, l'arrivée de «Ramzan», comme on l'appelle habituellement en Tchétchénie, met sa garde présidentielle sur les dents. Fief de l'ancien leader indépendantiste Chamil Bassaïev, la région est l'une des plus instables. Le cortège présidentiel d'une vingtaine de grosses berlines fonce sirènes hurlantes sur les petites routes de montagne tandis que deux hélicoptères militaires survolent la zone en rase-mottes.

Avenue Vladimir-Poutine Shocked
«Nous avons maintenant l'eau, l'électricité, le gaz... Même le gaz! Alors que jamais, même à l'époque soviétique, la région n'avait été branchée au réseau», explique Zeynap, une enseignante du petit village qui assiste au discours du président Kadyrov sur la place centrale. Aussitôt dit, aussitôt parti. Ramzan roule en trombe vers la capitale après son bref discours d'une quinzaine de minutes.

Grozny offre un spectacle encore plus étonnant: le président a exigé de faire disparaître toute trace du conflit dans le centre de la ville. Les larges avenues centrales sont fraîchement refaites, l'éclairage municipal est coquet, de petits cafés ont ouvert et un grand théâtre a été construit sur l'axe principal rebaptisé il y a quelques mois avenue... Vladimir Poutine.
( Evil or Very Mad quelle horreur..)
Car le soutien du président Kadyrov pour l'ancien président russe et actuel premier ministre est d'une force qui confine parfois à la servilité. Les portraits géants de Vladimir Poutine, parfois accompagné de Dmitri Medvedev ou de Ramzan Kadyrov lui-même, sont omniprésents en ville. «Vladimir Poutine est mon idole, mon idéal», affirmait récemment Ramzan Kadyrov sur les ondes de la radio Echos de Moscou.

Face à un régime aussi docile qui parvient à maintenir un semblant de normalité, Moscou laisse faire. Les soldats russes, encore nombreux dans la république, restent confinés dans leurs casernes comme celle de Khankala, en banlieue de Grozny, grande comme un quartier entier. En ville, l'ordre est assuré par la police tchétchène ou des unités tchétchènes des forces armées russes.

Pour asseoir son autorité - et financer la reconstruction -, le président Kadyrov a créé la Fondation Kadyrov, gigantesque tirelire à l'origine douteuse et méconnue. Certains affirment que le Kremlin met la main à la poche pour acheter la paix, d'autres qu'il s'agit, plus prosaïquement, du résultat de rackets, d'enlèvements et autres business de guerre. Chose certaine, les fonds de la Fondation autorisent les constructions les plus coûteuses: l'impressionnante nouvelle mosquée de Grozny, au style très ottoman, peut accueillir plus de 10000 fidèles; c'est désormais la plus grande de tout le Caucase.

«Qu'on soit pour, qu'on soit contre Ramzan, n'empêche que la vie ici est à nouveau possible», soupire Chamkhan, un diplômé d'une trentaine d'années revenu à Grozny après des années d'exil en Europe. «C'est possible de sortir, de rester en ville le soir, alors qu'il y a encore deux ans, on entendait des coups de feu, la nuit.»

Mais malgré cette apparence de normalité, la Tchétchénie bouillonne toujours derrière les façades neuves. Depuis le 8 novembre dernier, au moins 27 personnes ont été tuées lors d'accrochages entre policiers et rebelles qui ne reconnaissent toujours pas l'autorité du président tchétchène ni celle de Moscou. Et fin novembre, les corps de sept jeunes femmes étaient retrouvés autour de Grozny, tuées à l'arme automatique.

Règlement de comptes

Pour le parquet, il s'agit d'un règlement de comptes familial, ces jeunes femmes ayant eu un «comportement amoral». Cette expression prend de plus en plus de sens aujourd'hui en Tchétchénie: pour couper l'herbe sous le pied des mouvements islamistes, le président Kadyrov professe la pratique d'un islam «traditionaliste», et intervient fréquemment à la télévision pour recommander aux jeunes femmes d'adopter un «bon comportement». Dans cette société traditionnellement conservatrice, le port du foulard, souvent relâché, fait partie des habitudes. Mais Ramzan entend imposer, dès la rentrée scolaire prochaine, le port du hidjab aux étudiantes.

Essoufflée par deux guerres, bien obligée d'accompagner son président autoritaire qui, bon gré mal gré, met en marche la reconstruction du pays, la Tchétchénie se relève doucement. Mais jusqu'à quand? Dans les campagnes, il est frappant de voir la hauteur des caves dans les maisons en construction. «On a dû y vivre à plus d'une reprise, aussi bien prévoir pour la prochaine», explique, impassible, un homme en pleins travaux.

Source:Le temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Domptée par Moscou, la Tchétchénie se reconstruit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une station de ski dans les montagnes de Tchétchénie
» Dineka, croisée chien loup tchéc. née 15/06/07 (Tabanac-33)
» Tchô
» CLT (chien loup tchécoslovaque) je vous présente la maman !
» Chien-loup tchécoslovaque : premier sang Z Orel Ochrana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous ! :: Votre avis sur l'actualité :: Votre avis sur l'actualité-
Sauter vers: