Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous !

L'inertie de l'Europe devant les crimes contre l'humanité est inacceptable.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Qu'en pensez vous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marina



Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Qu'en pensez vous ?   Dim 21 Mai 2006, 23:38

La guerre en Tchétchénie dure déjà depuis onze ans et le pouvoir russe a deux buts. Premièrement, maintenir l'armée et les forces russes dans un état d'action militaire, et cela permet aux militaires de demander toujours plus d'argent du budget. Second but : Poutine a une bonne possibilité qu'il participe avec les Etats-Unis, l'Angleterre et les autres pays à la lutte internationale contre le terrorisme.


Le rôle principal dans la prolongation de la guerre en Tchétchénie est cependant avant tout tenu par les militaires russes. Les hommes politiques russes ne veulent pas mettre un terme à cette guerre, et la population et la société civile ont pour l'instant peu de force pour les obliger à arrêter de tuer des soldats et des Tchétchènes.

"LES APPELÉS SONT ENVOYÉS EN TCHÉTCHÉNIE CONTRE LEUR VOLONTÉ"

Yannick : Connaît-on les conditions de vie des soldats russes sur place ?

Valentina Melnikova : Comme dans toutes les bases militaires sur le territoire de la Russie, malheureusement, les conditions de vie quotidiennes sont très mauvaises. Les soldats sont mal nourris et mal habillés, et le plus important, c'est que les appelés sont envoyés en Tchétchénie contre leur volonté.

Citoyen : Que pensez-vous de l'omission par les médias de l'état d'esprit des soldats russes en Tchétchénie ?

Valentina Melnikova : On ne laisse pas passer les journalistes en Tchétchénie. En règle générale, les journalistes ne peuvent parler qu'avec les soldats qui sont rentrés ou ceux qui se sont tournés vers le Comité des mères de soldats russes. Il est très difficile aux journalistes d'avoir accès à une information quelconque en Tchétchénie sans l'accord des militaires. Et de façon générale, les unités militaires sont très fermées à la presse.

Citoyen : Pensez-vous que cette guerre nourrit la corruption et le développement de la mafia russe, qui est semble-t-il le fait des militaires ?

Valentina Melnikova : La corruption autour de la Tchétchénie est très grande. Elle prend place autour du budget pour les opérations militaires et autour des fonds pour la reconstruction de la Tchétchénie. Je ne peux pas qualifier les chefs militaires de leaders de la mafia, mais bien sûr il y a des intérêts corporatistes économiques. Durant la deuxième guerre, beaucoup d'officiers haut gradés ont obtenu l'accès à la vente du pétrole qui est extrait en Tchétchénie. Et bien sûr, ils ne veulent pas se séparer de leurs revenus, qui sont bien sûr des revenus illégaux.

Max : Au fond, le problème n'est-il pas que Vladimir Poutine soit avant tout un soldat ? Et que sa vision de l'Etat soit basée sur les mêmes valeurs que celles du régime soviétique ?

Valentina Melnikova : Poutine n'est pas un soldat, c'est un agent du KGB. Sa relation avec la Tchétchénie est basée sur le fait qu'il est arrivé au pouvoir avec la deuxième guerre.

Deux phrases ont fondé cette politique, l'une de Poutine : "nous allons buter les terroristes jusque dans les chiottes", et une autre de Tchoubaïs [le responsable du secteur énergétique russe, NDLR] : "l'armée russe va ressusciter en Tchétchénie". Et Poutine ne peut pas ou ne veut pas renoncer à sa position première. Peut-être ne sait-il pas quoi faire aujourd'hui.

"LA TCHÉTCHÉNIE N'EST PAS UN PROBLÈME DE TERRORISME INTERNATIONAL"

Dao : Selon vous, M. Chirac doit-il faire davantage pression sur M. Poutine sur ce sujet, et si oui pourquoi ne le fait-il pas ?

Valentina Melnikova : Il est pratique pour les chefs d'Etat européens et pour M. Chirac de pardonner la Russie pour la guerre en Tchétchénie. Ils se cachent sous les mots "lutte internationale contre le terrorisme". Et ils n'accordent pas d'attention au fait qu'en Tchétchénie ne se produisent pas seulement des atteintes aux droits de l'homme, mais aussi des crimes de guerre.

Autant qu'une pression, peut-être faut-il des conseils, des recommandations pour le début d'un règlement politique. Mais pour cela, il faut d'abord reconnaître que la Tchétchénie n'est pas tant un problème de terrorisme international qu'un phénomène proprement russe, dont souffrent des citoyens russes en Tchétchénie et dans d'autres endroits de Russie. Et en tant que président responsable des Français, peut-être M. Chirac devrait-il rappeler à M. Poutine que celui-ci est responsable de la vie de ses citoyens et de leur protection.

Xavo : L'assassinat de M. Maskhadov ne va-t-il pas renforcer la position des islamistes au sein de la résistance tchétchène, et par là même permettre à M. Poutine de légitimer encore plus la vision qu'il donne du conflit comme un des éléments de la lutte contre le terrorisme international ?

Valentina Melnikova : La mort de M. Maskhadov peut beaucoup compliquer le règlement politique de la situation en Tchétchénie. Je veux rappeler qu'en tuant, en 1996, Djokhar Doudaev, les militaires russes pensaient avoir vaincu en Tchétchénie. Mais c'est justement après la mort de Doudaev que les indépendantistes ont pu prendre Grozny, prendre le contrôle d'une grande partie du territoire de la république, et obtenir des négociations politiques.

De la même façon, la mort de M. Maskhadov ne peut pas devenir une victoire des militaires russes. Il m'est difficile de faire un pronostic sur la question de savoir si les actions des rebelles tchétchènes vont gagner en intensité après la mort de M. Maskhadov. Si les militaires russes tuent un rebelle tchétchène, d'autres viendront après lui.

Zehlimkan : Pensez-vous vraiment que Maskhadov a été tué par l'armée russe, lors d'une opération quotidienne de "nettoyage", ou bien sur dénonciation ?

Valentina Melnikova : Je ne sais tout simplement pas ce qui s'est passé. Et les déclarations officielles sont contradictoires. Je ne peux pas ne pas croire Zakaev, qui a déclaré qu'il n'y avait pas eu de dénonciation. Je ne peux que faire des suppositions. Peut-être s'agissait-il d'un contact entre M. Maskhadov et les Tchétchènes prorusses.

Citoyen : Que pense l'opinion russe du conflit ? Autrement dit, M. Poutine est-il soutenu par son peuple ?

Valentina Melnikova : J'ai vu plusieurs sondages, et la majorité des personnes interrogées estiment que la négociation politique est nécessaire en Tchétchénie. Actuellement, la cote de popularité de M. Poutine a baissé, mais ce n'est pas lié à la Tchétchénie. C'est lié au fait qu'on a retiré des avantages sociaux aux anciens combattants, aux retraités, etc. Parallèlement, chez beaucoup apparaît la question de savoir si cette guerre est juste et si elle est nécessaire à la Russie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregoire



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 24/05/2006

MessageSujet: Je suis ok avec vous   Lun 29 Mai 2006, 08:14

je suis d'accord avec vous. A condition que l'europe entiere se mobilise
Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qu'en pensez vous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que pensez vous de la marque Khyam ?
» bandelettes tests: Qu'en pensez-vous?
» Qu'en pensez-vous ?
» Que pensez-vous des crèmes de beauté à 200 € ?
» Que pensez vous de ces 2 ouvrages?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous ! :: Raisons du conflit :: Les mots pour le dire-
Sauter vers: