Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous !

L'inertie de l'Europe devant les crimes contre l'humanité est inacceptable.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Assassinat d'Anna Politkovskaïa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Lun 27 Aoû 2007, 13:21

le Kremlin accuse des personnes vivant "hors de Russie"

Après avoir annoncé l'arrestation de dix suspects dans le cadre de l'enquête, le procureur de Russie a indiqué, lundi, qu'un groupe criminel dirigé par un Tchétchène serait impliqué dans l'assassinat de la journaliste russe

le Monde du 27juillet07
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Jeu 30 Aoû 2007, 01:51

explication plus complète ici :
www.rsf.org/article.php3?id_article=23410
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Mar 11 Sep 2007, 13:32

L'avocat d'un des suspects dénonce les méthodes d'interrogatoire

Un enquêteur l'a frappé sur la tête avec une bouteille et lui a demandé d'avouer" a expliqué l'avocat. Lundi, dix suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la journaliste russe.
L'avocat d'un des dix suspects arrêtés lundi dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa, en octobre 2006, a dénoncé mardi 28 août les méthodes utilisées par les enquêteurs russes lors de l'interrogatoire de son client.
"Comme me l'a raconté mon client Djabraïl Makhmoudov, un enquêteur l'a frappé sur la tête avec une bouteille et lui a demandé d'avouer", a accusé l'avocat Mourad Moussaev sur les ondes de la radio Echos de Moscou.
"Mon client a aussi été soumis à des pressions avec des menaces contre son frère, également interpellé dans cette affaire", a ajouté l'avocat. Le parquet a refusé de commenter ces accusations.
Djabraïl Makhmoudov et ses deux frères, originaires de la République russe de Tchétchénie, font partie des dix suspects dont l'interpellation a été annoncée lundi.
Selon le parquet, le principal exécutant du meurtre était un Tchétchène, chef d'un groupe criminel opérant à Moscou et spécialisé dans les meurtres commandités.
Parmi les suspects interpellés figure également un officier des services secrets russes (FSB), identifié comme Pavel Riagouzov, ainsi que des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur.

Politovskaïa puis Litvinenko

Lundi, le procureur général de Russie Youri Tchaïka avait annoncé dix arrestations dans l'enquête sur l'assassinat en octobre dernier de la journaliste Anna Politkovskaïa, dont un chef de la mafia tchétchène, soupçonné d'en être le commanditaire, et des officiers des services de sécurité russes.
Anna Politovskaïa, qui avait critiqué le président russe et dénoncé les exactions perpétrées en Tchétchénie, a été assassinée le 7 octobre dernier dans son immeuble à Moscou. Peu avant sa mort, la journaliste de "Novaïa Gazeta", âgée de 48 ans, avait, dans un entretien à la BBC, accusé Vladimir Poutine d'avoir délibérément provoqué des actes terroristes, dont la prise d'otages dans un théâtre moscovite en 2002.
A l'époque, le président russe avait laissé entendre que l'assassinat d'Anna Politkovskaïa pourrait avoir été commis par des ennemis du Kremlin à l'étranger afin de porter atteinte à l'image de la Russie. Une thèse de nouveau mise en avant après la mort de l'ancien agent du KGB Alexandre Litvinenko, empoisonné moins de deux mois plus tard à Londres et reprise une fois encore lundi par Youri Tchaïka au cours d'une conférence de presse à Moscou.

"Créer la crise en Russie"

"Concernant les mobiles du meurtre, les résultats de l'enquête nous amènent à la conclusion que seuls des individus situés hors du territoire de la Fédération russe pourraient avoir eu intérêt à se débarrasser de Politkovskaïa", afin de "créer la crise en Russie" et "discréditer" ses dirigeants, a-t-il expliqué.
Selon le procureur général, l'assassinat a été organisé par un Tchétchène, chef d'une organisation criminelle spécialisée dans les meurtres sur commande. Un commandant de police, un officier du service fédéral de sécurité (FSB, ex-KGB) et trois anciens policiers figurent parmi les 10 personnes arrêtées, qui devraient être inculpées prochainement. Ces suspects ont renseigné les assassins sur les allées et venues de la journaliste, a ajouté M. Chaïka.
Le procureur général n'a pas précisé les identités des personnes impliquées. Anna Politkovskaïa, a-t-il ajouté, connaissait le commanditaire du meurtre et l'avait rencontré. Certains des suspects dans cette affaire, selon le procureur général, seraient également impliqués dans la mort du rédacteur en chef de l'édition russe du magazine "Forbes", Paul Khlebnikov.

"Vraies preuves"

Journaliste réputée, Anna Politkovskaïa s'était attirée les foudres du Kremlin en dénonçant inlassablement les assassinats, tortures et exactions diverses perpétrés par des soldats russes en Tchétchénie. Elle n'épargnait pas non plus l'homme fort de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, nommé président en mars avec l'appui de Moscou. Kadyrov a démenti toute implication.
Il s'agit des premières arrestations annoncées depuis le meurtre et des mouvements de défense des droits de l'homme et de la presse, dont Reporters sans Frontières ou le Comité américain de protection des journalistes s'étaient étonnés de la lenteur des investigations.
Alexeï Simonov, président de la Fondation de défense de la Glasnost, organisme russe de surveillance des droits de la presse, a estimé lundi qu'il s'agissait de véritables arrestations, "fondées sur de vraies preuves". Il redoute toutefois que les autorités russes "orientent l'enquête vers Londres", où vit en exil l'ancien oligarque Boris Berezovsky, bête noire du Kremlin.

"Effets d'annonce"

Reporters sans Frontières espère de son côté que l'annonce de ces arrestations "n'a pas pour seul objectif de calmer les protestations des organisations non gouvernementales et les questions des journalistes très attachés à la résolution de cette affaire".
"Nous avons déjà assisté, dans le passé, à de tels effets d'annonce de la part des autorités russes. Et la plupart des enquêtes sur les assassinats de journalistes n'ont jamais abouti", note l'organisation de défense de la liberté de presse.
RSF s'inquiète aussi du "fait de désigner des personnes 'hors de Russie' comme les commanditaires de cet assassinat". Et ce alors que "contrairement à ce qu'affirme le procureur général, il y a des personnes, à l'intérieur même du pays, qui avaient intérêt à faire taire" la journaliste, selon RSF.NOUVELOBS.COM | 29.08.2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Sam 15 Sep 2007, 06:19

Un ancien responsable tchétchène arrêté dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Anna Politkovskaïa


MOSCOU (AP) — L'ancien responsable d'un district tchétchène a été interpellé dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, rapporte samedi un quotidien russe. Il est accusé d'avoir commandité ce meurtre.

Chamil Bouraïev a été arrêté jeudi alors qu'il circulait en voiture dans Moscou, selon le tabloïd "Komsomolskaïa Pravda". Le tribunal de Basmanny a approuvé son interpellation le lendemain.

La police et le parquet n'ont pu être joints tôt samedi pour commenter cette information.

Selon le procureur général de Russie Iouri Chaïka, le meurtre d'Anna Politkovskaïa, le 7 octobre 2006, était l'oeuvre d'un commando de la mafia tchétchène spécialisé dans les assassinats sur commande. Des officiers des services de sécurité dont le FSB (ex-KGB) sont soupçonnés d'avoir fourni les informations nécessaires à l'exécution.

Une dizaine de suspects ont été arrêtés, dont un ancien membre du FSB. Il s'agit du colonel Pavel Riaguzov. "Komsomolskaïa Pravda" affirme que Bouraïev a été arrêté sur la base d'informations selon lesquelles le colonel lui aurait transmis l'adresse de la journaliste.

Chamil Bouraïev a dirigé le district d'Achkoï-Martan pendant huit ans jusqu'en 2003. A l'époque, rapporte le quotidien, il avait été remercié par le président tchétchène de l'époque, Akhmad Kadyrov.

Journaliste réputée, Anna Politkovskaïa s'était attirée les foudres du Kremlin en dénonçant inlassablement les assassinats, tortures et exactions diverses perpétrés par des soldats russes en Tchétchénie. Elle n'épargnait pas non plus l'homme fort de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, nommé président en mars avec l'appui de Moscou. Kadyrov a démenti toute implication.

le 15 septembre 2007


kadyrov a peut étre payé quelqu'un ou bien poutine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Un Tchétchène inculpé dans le meurtre d'Anna PolitkovskaÏa   Dim 23 Sep 2007, 03:03

MOSCOU (Reuters) 21.09.07- le monde

La justice russe a inculpé un ancien responsable tchétchène pour complicité dans le meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaya, a annoncé vendredi l'agence de presse Interfax.
Il s'agit de Chamil Bourayev, ancien chef de l'administration de la région d'Atchkoï-Martan, a déclaré son avocat à Interfax. Il a été interpellé en début du mois.

Selon cet avocat, Me Pyotr Kassakov, le parquet croit que son client, qui clame son innocence, a fourni à ses complices l'adresse du domicile de la victime.

Bourayev est un ancien candidat à la présidence de la Tchétchénie et a dirigé la région d'Atchkoï-Martan de 1995 jusqu'à son limogeage en 2003 par le président tchétchène de l'époque, Akhmad Kadyrov, à en croire des médias russes.

Politkovskaya, l'un des rares journalistes russes à couvrir de manière indépendante le conflit tchétchène, avait été abattue par un inconnu en octobre 2006 dans la cage d'escalier de son appartement moscovite.

Son assassinat avait provoqué une émotion considérable dans le monde. Les détracteurs du président russe Vladimir Poutine ont accusé Moscou de ne pas garantir la liberté d'expression.

La journaliste était connue pour dénoncer les atteintes aux droits de l'homme commises par les forces de sécurité en Tchétchénie. D'après le parquet russe, son meurtre serait probablement lié à ses articles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Mar 02 Oct 2007, 15:05

Tchétchénie: le président du parlement rejette la "piste tchétchène" dans l'affaire Politkovskaïa
21:01 | 02/ 10/ 2007

MOSCOU, 2 octobre - RIA Novosti. Le président du parlement tchétchène Doukouvakha Abdourakhmanov a appelé à ne pas chercher de "piste tchétchène" dans l'affaire du meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa.

"A qui le meurtre d'Anna Politkovskaïa était-il profitable? En tout cas pas à la Tchétchénie... Il faut chercher du côté des personnes qui avaient le plus d'intérêts dans ce meurtre. Et les personnes les plus intéressées sont celles-là mêmes qui aboient à la lune. Et où crie-t-on le plus? En Occident. C'est là qu'il faut chercher, pas en Tchétchénie", a-t-il déclaré en réponse à des journalistes évoquant l'arrestation dans le cadre de l'affaire Politkovskaïa de Chamil Bouraïev, ancien chef de l'administration du district d'Atchkhoï-Martan (Tchétchénie).

Anna Politkovskaïa, journaliste du bihebdomadaire d'opposition Novaïa Gazeta, a été assassinée le 7 octobre 2006 dans le hall de son immeuble, en plein centre de Moscou.

Selon le président de l'Assemblée populaire tchétchène, les organes judiciaires vont au plus simple en choisissant la piste tchétchène. Ceci concerne également, selon M. Abdourakhmanov, l'attentat présumé ayant entraîné le déraillement du "Nevsky express", dans lequel 60 personnes avaient été blessées le 13 août dernier. Un tchétchène du nom de Khassan Didigov avait été arrêté dans le cadre de cette affaire.

"Qui peut croire que ce gamin ait pu faire sauter un train? On n'a rien à lui reprocher, à part le fait d'être tchétchène. Et de tels cas sont légion", a conclu M. Abdourakhmanov.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   Mer 03 Oct 2007, 12:22

Un an après son assassinat à Moscou
Qui a tué Anna Poutkovskaia ?
Rumeurs, manipulations, intox... La vérité sur la mort de la journaliste russe finira-t-elle par éclater ? Son confrère de «Novaïa Gazeta», Sergueï Sokolov, révèle les dessous d'une enquête entravée


Ce jour-là, Anna n'a aucune chance de s'en sortir. Des tueurs la filent jour et nuit depuis des semaines. Leurs complices au FSB (l'ex-KGB) écoutent ses conversations téléphoniques. Ils savent tout d'elle : ses habitudes, ses trajets, ses horaires. Ce samedi 7 octobre 2006, vers 16 heures, Anna gare sa Jigouli devant chez elle, 8, rue Lasnaïa, près de la gare de Biélorussie, à Moscou. Elle vient du supermarché, son coffre est plein. Elle monte déposer les premiers sacs dans son appartement. Puis redescend chercher le reste. Au rez-de-chaussée, elle pousse la porte de l'ascenseur : son meurtrier est là, armé d'un silencieux. Le professionnel tire cinq balles - trois dans la poitrine et deux dans la tête, la première et la dernière. Puis il ressort, monte dans la voiture qui l'attend à côté de la Jigouli et disparaît. Il est 16h10. La grande journaliste russe Anna Politkovskaïa est morte. Opposante résolue au régime de viaaimir , Poutine, cette militante infatigable des droits de 1 nomme qui a sauve tant de vies en Tchétchénie venait d'avoir 48 ans.
Alors que l'on s apprête a commémorer le premier anniversaire du drame (1), que sait-on aujourd'hui de ce crime qui a soulevé une vague d'émotion planétaire ? Comment se déroule l'enquête ? Est-elle vraiment bouclée, comme le prétend le procureur de Russie ? Pourquoi, depuis quelques semaines, le Kremlin fait-il tout pour brouiller les pistes ?
Sergueï Sokolov, grand échalas moustachu et dégarni, est rédacteur en chef adjoint de «Novaïa Gazeta», le journal d'opposition où travaillait Anna depuis sept ans et pour lequel elle couvrait la Tchétchénie et le Caucase. Sokolov mène ses propres investigations sur le meurtre et suit au jour le jour la progression de l'enquête officielle. Il travaille main dans la main avec les inspecteurs en charge de l'affaire, en qui il a, pour l'instant, toute confiance. «Je sais tout ce qu'ils savent et réciproquement», dit-il. Et il ajoute : «C'est pour cela que je vous dirai beaucoup de choses, mais pas tout. . .»




Le Nouvel Observateur. - Mi-août, plusieurs personnes ont été arrêtées et, dans la foulée, le procureur fédéral de Russie a déclaré, lors d'une conférence de presse spectaculaire, que le meurtre d'Anna était élucidé. A-t-il dit la vérité ?
Sergueï Sokolov. - Non, l'enquête n'est pas terminée. Parmi les personnes mises sous les verrous, certaines faisaient partie du complot, mais d'autres se sont révélées innocentes et ont été libérées, tandis que des coupables très importants courent toujours.
N. O. - Dont le tueur lui-même, n'est-ce pas ?
S. Sokolov. -Je ne peux pas vous répondre. Je vous dirai simplement que, d'après la loi russe, s'ils ne connaissent pas l'identité exacte de l'assassin, les juges ne peuvent pas qualifier un meurtre de «crime commandité». Or sans crime commandité, pas de commanditaire...
N. O. - Autrement dit, vous pensez que cette conférence de presse et les fuites dans les médias qui ont suivi, tout au long du mois de septembre, ont été organisées pour que le meurtrier et ses complices toujours en liberté sachent que l'enquête se rapprochait d'eux, qu'ils quittent dare-dare le pays, et qu'ainsi on ne puisse jamais remonter au(x) commanditaire(s) du meurtre d'Anna ?
S. Sokolov. - Disons que des gens haut pla cés se démènent pour que la liste des arrestations ne s'allonge pas... Les manoeuvres des dernières semaines sont, en fait, la suite d'une campagne d'intoxication qui a commencé dès la mort d'Anna - une campagne qui ressemble étrangement à une opération de services spéciaux et qui vise à nous détourner des vrais coupables. Pendant des mois, en effet, les enquêteurs et nous-mêmes à «Novaïa Gazeta» avons été abreuvés de fausses pistes lancées par des officiers du FSB, de la milice, par des anciens agents et d'autres personnes. Nous avons reçu quantité de lettres et d'e-mails qui nous incitaient à regarder dans telle ou telle direction, évidemment jamais dans celle qui nous semblait la plus prometteuse. Mais rien n'y a fait. Nous avons continué notre travail sur la base des informations sûres que nous possédions. Si bien qu'en août dernier les enquêteurs ont procédé, dans le plus grand secret, à une pre mière série d'arrestations, onze exactement. C'est alors que les commanditaires ou leurs : amis ont pris peur. Et ils ont lancé le plan B de leur campagne de manipulation.
N. O. - C'est-à-dire ?
S. Sokolov. - Le portrait-robot de l'assassin, dont l'existence même a été tenue secrète pendant dix mois, a, comme par hasard, «fuite» dans un journal réputé proche des services de renseignement. De même ont été divulguées les caractéristiques des voitures utilisées par le tueur et ses complices, véhicules qui n'avaient pas encore été retrouvés. Enfin, le nom d'un important suspect que les enquêteurs s'apprêtaient à arrêter a lui aussi été rendu public par un autre journal lié aux siloviki [NDLR : les hommes à êpaulettes], et il s'en est fallu de quelques minutes que l'homme en question réussisse à prendre le large.
N. O. - Parmi les hommes arrêtés mi-août figurent des officiers du FSB (ex- KGB), de la milice, et des mafieux tchétchènes. Est-ce à dire que ces hommes-là travaillaient ensemble ?
S. Sokolov. - Bien entendu, et c'est cela qui embarrasse le Kremlin : l'étendue de l'infiltration mafieuse au sein des services de sécurité, présentés par ailleurs comme les institutions phares du régime Poutine. Que savons-nous ? Que le «commanditaire» du meurtre d'Anna a contacté un clan très connu de tueurs professionnels, lequel, pour préparer le «travail», s'est adressé à des siloviki.
N. O. - N'importe lesquels ?
S. Sokolov. - Non, bien sûr, ceux avec lesquels ils avaient l'habitude de travailler : un groupe d'officiers et d'anciens officiers qui, en échange de liasses de dollars, trouvent les adresses des victimes, les filent, espionnent leurs communications, le tout grâce aux moyens d'Etat mis à leur disposition. Figurez-vous que cette collaboration entre ce clan-ci de tueurs et ce groupe-là de siloviki corrompus a commencé du temps de l'Union soviétique, il y a plus de quinze ans ! On comprend pourquoi l'éventuelle mise au jour du réseau complet inquiète tant de monde : cela pourrait permettre d'élucider de nombreux autres crimes récents et plus anciens, et de désigner leurs coupables et leurs complices...
N. O. - Des meurtres comme celui du journaliste américain Paul Klebnikov, rédacteur en chef de l'édition russe de «Forbes» ?
S. Sokolov. - C'est fort possible, oui.
N. O. - Venons-en aux commanditaires de l'élimination d'Anna. En mai dernier, l'un des journalistes de «Novaïa Gazeta», qui suit également l'affaire, affirmait qu'il s agissait de deux hauts responsables du gouvernement prorusse de Tchétchénie. Avait-il raison ?
S. Sokolov. - Disons que cette piste reste toujours l'une des principales. Mais ce n'est pas la seule. Nous livrerons bientôt - et de manière confidentielle - nos conclusions à l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui, je l'espère, créera une commission d'enquête. Malheureusement, je ne peux pas vous en dire plus.
N. O. - Les autorités russes, elles, accusent le milliardaire exilé à Londres Boris Berezovski. Elles disent qu'en faisant tuer Anna celui-ci entendait déstabiliser le pouvoir de Poutine et déclencher une «révolution orange». Qu'en pensez-vous ?
S. Sokolov. - Nous avons travaillé sur l'hypothèse Berezovski et nous ne l'avons pas tout à fait écartée. Mais nous continuons de penser que le ou les vrais commanditaires se trouvent bien en Tchétchénie.
N. O. - Pensez-vous que Poutine en personne soit mêlé au meurtre ?
S. Sokolov. -Je vais vous raconter une anecdote. Le 18 septembre, l'une de nos journalistes est allée recevoir un prix aux Etats-Unis au nom d'Anna. C'est George Bush qui le lui a remis. Après la cérémonie, le président américain a pris notre collègue à part et lui a posé la même question que vous !
N. O. - Et qu'a-t-elle répondu ?
S. Sokolov. - «Non, à mon avis, Poutine n'est pas directement impliqué dans l'assas sinat d'Anna. Mais il a créé un système qui a permis qu'un tel meurtre ait lieu. Il en est donc moralement responsable.» J'aurais dit la même chose.
N. O. - Pensez-vous que le président russe veuille vraiment que l'on découvre les responsables ?
S. Sokolov. - Je crois, oui. Quand il dit que cette affaire lui a causé un tort considérable à l'étranger, il est sincère. N'oubliez pas que le meurtre a eu lieu le jour de son anniversaire ! Il veut donc savoir qui est derrière. Mais cela ne veut pas du tout dire qu'il entend que la vérité soit connue du grand public et que les commanditaires soient finalement jugés et jetés en prison. Quel que soit le résultat final de l'enquête, la propagande officielle continuera de dire - et de façon de plus en plus forte pendant la campagne électorale qui vient de commencer - que le commanditaire du meurtre d'Anna est Boris Berezovski. Poutine a décidé de faire de ce milliardaire P« ennemi du peuple», responsable de tous les maux, comme Staline avec Trotski.
N. O. - Finalement, le plus terrible dans cette affaire, c'est que vous aviez réussi à convaincre Anna d'arrêter d'écrire sur la Tchétchénie et le Caucase.
S. Sokolov. - Oui. Depuis longtemps nous lui répétions que c'était trop dangereux, qu'elle était épuisée. Bref, qu'elle devait changer de sujet. D'autant que nous sentions bien que nos lecteurs en avaient assez de la Tchétchénie. En fait, nous voulions qu'elle porte sa formidable plume dans une autre plaie : la misère russe. Mais chaque fois que nous lui en parlions, Anna nous repondait : «Quoi, des gens souffrent là-bas et vous voulez que j'arrête de les aider ? Jamais !» Mais peut-être à cause de la naissance prochaine de sa petite-fille et de la grave maladie de sa mère, elle avait fini par accepter. C'était quelques jours avant sa mort.

(1) Dimanche 7 octobre à 15 heures, place Georges- Pompidou à Paris, un hommage public sera rendu à la journaliste russe. En même temps, à Moscou, V Autre Russie, le mouvement dirigé par le tout nouveau candidat à la présidence, Garry Kasparov, or ganisera une marche en l'honneur d'Anna. A lire, l'« Hommage à Anna Politkovskaïa», qui vient de paraître chez Buchet-Chastel.

Vincent Jauvert
Le Nouvel Observateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Politkovskaïa: enquête au stade final   Lun 15 Oct 2007, 12:19

WIESBADEN (AFP) le 15/10/07
— On ignore toujours l'identité des commanditaires du meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, a reconnu lundi au cours d'une conférence de presse en Allemagne le président russe Vladimir Poutine tout en soulignant que l'enquête en était à son stade final.

"La question qui se pose, c'est celle des commanditaires de ce meurtre, les exécutants, les participants actifs aux préparatifs de ce crime sont connus", a déclaré le président russe en réponse à une question posée à l'issue d'un sommet avec la chancelière Angela Merkel à Wiesbaden, dans l'ouest de l'Allemagne.

"Le Parquet général a déclaré que l'affaire en était à son stade final, je pense que c'est le cas", a-t-il également dit.

Rappelant le principe de "la présomption d'innocence", M. Poutine a déclaré que l'on ne pourrait "être satisfait que quand le tribunal rendrait son verdict".

Il y a une semaine l'enquêteur russe chargé de l'affaire avait assuré que le crime était "élucidé" mais que le tueur n'était toujours "pas mis en examen".

Le meurtre est "élucidé", "mais c'est une autre affaire que d'établir toute la chaîne, du commanditaire à l'exécutant", avait assuré l'enquêteur Petros Garibian dans une rare interview lundi à Novaïa Gazeta, le journal d'Anna Politkovskaïa.

Anna Politkovskaïa, une des rares journalistes russes à avoir continué à couvrir le conflit lancé en 1999 en Tchétchénie et à dénoncer les atteintes aux droits de l'homme, a été assassinée le 7 octobre 2006 dans le hall de son immeuble à Moscou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: neuf personnes inculpé du meutre d'Anna   Jeu 18 Oct 2007, 01:02

Le parquet russe a inculpé neuf personnes dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la journaliste Anna Politkovskaya. Un lieutenant-colonel du FSB, l'ex-KGB, figure parmi ceux qui ont été mis en examen. Il est poursuivi pour abus de pouvoir. Il aurait transmis des détail sur l'adresse d'Anna Politkovskaya à un autre suspect, qui les aurait à son tour remis au tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vinka



Nombre de messages : 107
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: "l'instruction sera menée à bien (Poutine)"   Jeu 20 Déc 2007, 02:07

Les organes chargés d'instruire le meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa, en octobre 2006, sont confrontés au "problème des preuves", a confié M. Poutine au magazine américain Time, soulignant que les autorités compétentes feront tout leur possible pour élucider ce crime.

"L'instruction est bouclée, mais les preuves réunies posent un problème", a précisé le président.

La journaliste de la Novaïa gazeta Anna Politkovskaïa a été assassinée le soir du 7 octobre 2006 dans le hall de son immeuble rue Lesnaïa, à Moscou. Le tueur a tiré quatre coups de feu sur sa victime.

Fin août dernier, le procureur général Iouri Tchaïka a annoncé que le meurtre de la journaliste avait été élucidé et que les instances d'instruction avaient arrêté les organisateurs, les complices et les auteurs du crime, dont cinq anciens agents des forces de l'ordre et le leader d'un groupe de crime organisé de Moscou: une personne originaire de Tchétchénie. Cela dit, M. Tchaïka a ajouté que le commanditaire du meurtre résidait à l'étranger.

M. Poutine a rappelé que Mme Politkovskaïa "ne jouait aucun rôle substantiel dans la vie politique en Russie" et a qualifié d'ineptes les affirmations selon lesquelles elle présentait un danger pour les autorités russes.

Selon le président, l'assassinat de la journaliste était une provocation dirigée contre les autorités russes et qu'elle avait été choisie et "immolée comme la victime d'un sacrifice".

"Cependant, nous ferons tout notre possible pour mener l'instruction à bien" a conclu M. Poutine.


MOSCOU, 19 décembre - RIA Novosti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assassinat d'Anna Politkovskaïa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Assassinat d'Anna Politkovskaïa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Table basse] Bonnie and Clyde by Anna THOMAS
» La Tulipe, d'Anna Pavord
» [Série de chaises] Cinderella’s Chair par Anna Ter Haar
» Campanule lactiflora "Loddon Anna"
» [Contenants] M&O : Contenants par Anna Torfs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à vous. Maintenant la parole est à vous. Communiquez ce forum autour de vous ! :: Votre avis sur l'actualité :: Votre avis sur l'actualité-
Sauter vers: